Accueil - Mairie de Lhomme
Météo Lhomme MyMeteo
COORDONNÉES
ET HORAIRES

COORDONNÉES ET HORAIRES
 
11 rue du Val de Loir
  72340 LHOMME
02 43 44 43 62
secretariat@mairielhomme.fr
 
  Matin Après-midi
Lundi : Fermé 15h - 17h30
Mardi : 8h30 - 12h30 16h30 - 18h
Mercredi : 8h30 - 12h30 Fermé
Jeudi : 8h30 - 12h30 Fermé
Vendredi : 8h30 - 12h30 16h30 -18h
Samedi : 8h30 - 12h30 Fermé
Dimanche : Fermé Fermé
COORDONNÉES ET HORAIRES
11 rue du Val de Loir
  72340 LHOMME
02 43 44 43 62
secretariat@mairielhomme.fr

  Matin Après-midi
Lundi : Fermé 15h - 17h30
Mardi : 8h30 - 12h30 16h30 - 18h
Mercredi : 8h30 - 12h30 Fermé
Jeudi : 8h30 - 12h30 Fermé
Vendredi : 8h30 - 12h30 16h30 -18h
Samedi : 8h30 - 12h30 Fermé
Dimanche : Fermé Fermé
 
Mairie de Lhomme

Bienvue dans la commune de LHOMME

Retrouvez ci-dessous l’histoire de la commune de LHOMME.

A l’époque féodale, les seigneurs de La Chartre viennent y installer leur cour. C’est l’un deux, Gédéon ou Widion, seigneur de La Chartre dans la première moitié du XIe siècle, qui, dans les années 1000 aurait donné son nom à la Gidonnière, en faisant le haut lieu de Lhomme. Il faut attendre 1404 pour voir apparaître dans l’histoire le nom Jasnières, portée par une jeune fille, Guillemette, à l’occasion de son mariage avec Jean du Breuil. La Gidonnière qui fait partie du patrimoine des deux époux, est ensuite attribuée à leur fils ainé prénommé Jean lui aussi, qui devient à l‘âge de dix ans chanoine de Saint Pierre la Cour au Mans où il fera une carrière ecclésiastique remarquable et sera promu doyen du chapitre treize ans plus tard. L’invasion anglaise ne viendra pas contrarier la fortune du seigneur de la Gidonnière où il mourra en 1497, propriétaire d’un héritage que se partageront ses neveux et nièces enfants de Marguerite du Breuil mariée à Guillaume Fremière, bourgeois d’Angers. Les Lhommois verront leur seigneurie passer des Fremière aux Pitard, puis à la famille Courtoux en 1562.

Au XVIIe siècle Jacques II de Courtoux et son épouse sont inhumés en l’église de Lhomme. En 1631, les Courtoux achètent la baronnie de La Chartre et redonnent à Lhomme sa vocation de capitale locale. La famille ayant un titre d’écuyer en 1456, fera placer ses armes sur le tableau du rosaire de l’église paroissiale où l’on peut toujours l’admirer. En 1667, le roi de France érige la baronnie de La Chartre en marquisat dont la Gidonnière devient le château attitré. En 1813, le château est vendu au baron Malouët, ministre de la Marine du roi Louis XVIII. En 1817, Cécile Rose Leconte de Nonant de Piercourt achète la Gidonnière, c’est à elle que l’on doit l’installation de deux sœurs de la Providence de Ruillé, chargées d’instruire les enfants et de visiter les malades sans ressources du Pays. Cette châtelaine les dotera d’une maison et de ses dépendances, qui deviendront en 1905 l’École Laïque de Lhomme. En 1867, la Gidonnière revient à la comtesse Léontine de Gramont qui lègue par testament à son neveu Antoine-Auguste-Alexandre-Alfred-Armand, comte de Gramont, duc de Lesparre, la Gidonnière et ses dépendances.

Après son décès, la Gidonnière a connu successivement plusieurs propriétaires qui ont su conserver le charme et la beauté des murs de ce château garant de l’histoire de Lhomme.

Le château de la Gidonnière est situé sur le territoire de la commune de Lhomme construit sous le règne de Louis XIII, bâtiment rectangulaire élevé sur caves, d’un étage sur la cour d’honneur et de deux étages sur les jardins, avec comble très élevé renfermant un étage carré, éclairé par des lucarnes meneaux avec frontons, construites en pierre de taille ; chaque façade présente à chaque étage quatre fenêtres. On arrive au château part une allée plantée de beaux marronniers.

Château de la Gidonnière
Aller au contenu principal